Classement de la littératie financière par pays

CLASSEMENT DE LA LITTÉRATIE FINANCIÈRE

Comment jugez-vous votre niveau d’éducation financière? Et le niveau moyen des citoyens de votre pays ? A voir !

RÉSUMÉ EXÉCUTIF

D’après l’enquête mondiale S&P menée par GLEF, seul un adulte sur trois comprend les concepts financiers de base.Sans compréhension des concepts financiers de base, les gens ne sont pas bien équipés pour prendre des décisions éclairées en matière de gestion financière, comme l’épargne, l’investissement, l’emprunt, etc.

Bien que la culture financière soit plus élevée chez les personnes aisées, bien éduquées et celles qui utilisent des services financiers, il est clair que des milliards de personnes ne sont pas préparées à faire face à l’évolution rapide du paysage financier. En fait, les économies en développement et les économies avancées sont confrontées aux mêmes défis en matière d’éducation financière .

Les produits de crédit, dont beaucoup sont assortis de taux d’intérêt élevés et de conditions complexes, sont de plus en plus faciles à obtenir. Les gouvernements font pression pour accroître l’inclusion financière en favorisant l’accès aux comptes bancaires et aux autres services financiers. Néanmoins, à moins que Si les gens n’ont pas les compétences financières nécessaires, ces opportunités peuvent facilement conduire à un endettement élevé, à des défauts de paiement des prêts hypothécaires ou à l’insolvabilité. Cela est particulièrement vrai pour les femmes, les pauvres et les moins éduqués, quisouffrent tousd’un manque de connaissances financières et sont souvent la cible des programmes gouvernementaux visant à développer l’inclusion financière.

Alors que les produits financiers tels que les cartes de crédit sont bien établis dans le monde entier, même aux États-Unis où ils sont utilisés par 60 % des adultes, la compréhension des concepts financiers connexes est plutôt faible : seuls 57 % des détenteurs de cartes de crédit répondent correctement à la question sur les intérêts.

Alors que de nombreux pays sont confrontés au vieillissement de leur population et à la diminution des pensions publiques, ils invitent leurs citoyens à jouer un rôle plus important dans la planification de leur retraite. Les données suggèrent qu’ils ne sont pas préparés. Seuls 47 % de ceux qui n’épargnent pas pour leurs vieux jours montrent qu’ils comprennent les concepts financiers de base.

Compte tenu de ces risques, les décideurs politiques devraient mettre en place des régimes de protection des consommateurs solides afin de protéger les citoyens contre les abus financiers et d’assurer un environnement de marché fonctionnel. Les chercheurs ont constaté que les adultes financièrement avertis sont, en général, moins susceptibles de ne pas rembourser leurs emprunts et plus enclins à épargner pour leur retraite.

CONNAISSANCES FINANCIÈRES

Les connaissances financières sont particulièrement importantes à une époque où des produits financiers de plus en plus complexes sont facilement accessibles à un large éventail de la population. Par exemple, les gouvernements de nombreux pays s’efforçant d’améliorer l’accès aux services financiers, le nombre de personnes disposant d’un compte bancaire et d’un accès aux produits de crédit augmente rapidement. En outre, les changements dans le paysage des pensions transfèrent la responsabilité de la prise de décision aux participants qui, auparavant, comptaient sur leur employeur ou sur les pouvoirs publics pour assurer leur sécurité financière après la retraite.

L’ignorance financière entraîne des coûts importants. Les consommateurs qui ne comprennent pas le concept des intérêts composés dépensent davantage en frais de transaction, contractent des dettes plus importantes et subissent des taux d’intérêt plus élevés sur les prêts. Ils finissent également par emprunter davantage et épargner moins d’argent. Par ailleurs, les avantages potentiels de l’éducation financière sont multiples. Les personnes dotées de solides compétences financières planifient et épargnent mieux leur retraite. Les investisseurs financièrement avisés sont plus enclins à diversifier les risques en répartissant les fonds entre plusieurs entreprises.

Standard & Poor’s Ratings Services Global Financial Literacy Survey | Financial Literacy Ranking

L’enquête mondiale sur la littératie financière de Standard & Poor’s Ratings Services (S&P Global FinLit Survey) fournit des informations sur un large éventail de pays. Elle est basée sur plus de 150 000 entretiens dans plus de 140 pays. Il peut être utilisé par les universitaires, les régulateurs, les décideurs politiques et les bailleurs de fonds pour évaluer la culture financière à travers le monde. En montrant où les compétences financières sont fortes et où elles font défaut, ces nouvelles données peuvent aider les parties prenantes à concevoir des politiques et des programmes visant à améliorer le bien-être financier des individus dans le monde entier.

La culture financière a été mesurée à l’aide de questions évaluant les connaissances de base de quatre concepts fondamentaux de la prise de décision financière:

1) connaissance des taux d’intérêt (calcul). Question : Supposons que vous ayez besoin d’emprunter 100 dollars américains. Quel est le montant le plus bas à rembourser : 105 dollars US ou 100 dollars US plus trois pour cent ? [105 dollars US ; 100 dollars US plus 3 %; ne sait pas ; a refusé de répondre].

2) la composition des intérêts. Questions : Supposons que vous déposiez de l’argent à la banque pendant deux ans et que la banque accepte d’augmenter votre compte de 15 % par an. La banque ajoutera-t-elle plus d’argent à votre compte la deuxième année qu’elle ne l’a fait la première année, ou ajoutera-t-elle la même somme d’argent les deux années ? [plus; pareil ; ne sait pas ; a refusé de répondre]. Supposons que vous disposiez de 100 dollars américains sur un compte d’épargne et que la banque y ajoute 10 % par an. Combien d’argent auriez-vous sur le compte au bout de cinq ans si vous ne retiriez pas d’argent du compte ? [plus de 150 dollars; exactement 150 dollars ; moins de 150 dollars ; ne sait pas ; a refusé de répondre].

3) l’inflation. Question : Supposons qu’au cours des dix prochaines années, les prix des produits que vous achetez doublent. Si vos revenus doublent également, pourrez-vous acheter moins que ce que vous pouvez acheter aujourd’hui, autant que ce que vous pouvez acheter aujourd’hui, ou plus que ce que vous pouvez acheter aujourd’hui ? [moins ; pareil; plus ; ne sait pas ; a refusé de répondre].

4) la diversification des risques. Question : Supposons que vous disposiez d’un peu d’argent. Est-il plus sûr de placer son argent dans une seule entreprise ou un seul investissement ou dans plusieurs entreprises ou investissements ? [une entreprise ou un investissement ; plusieurs entreprises ou investissements; ne sait pas ; a refusé de répondre].

Les résultats de l’enquête S&P Global FinLit donnent à réfléchir. Dans le monde, seul un adulte sur trois possède des connaissances financières. 33 % des adultes dans le monde ont des connaissances financières. Cela signifie qu’environ 3,5 milliards d’adultes dans le monde, dont la plupart vivent dans des économies en développement, ne comprennent pas les concepts financiers de base. Ces chiffres globaux cachent de profondes disparités dans le monde.

Littératie financière_Carte du monde

Non seulement l’analphabétisme financier est très répandu, mais il existe de grandes différences entre les pays et les groupes. Par exemple, les femmes pauvres et les personnes interrogées peu instruites sont plus susceptibles de souffrir de lacunes en matière de connaissances financières. Cela est vrai non seulement dans les économies en développement, mais aussi dans les pays où les marchés financiers sont bien développés. Les personnes dont le niveau de culture financière est relativement élevé ont également quelques points communs, quel que soit leur lieu de résidence. Les adultes qui utilisent des services financiers formels tels que les comptes bancaires et les cartes de crédit ont généralement de meilleures connaissances financières, quel que soit leur revenu. Même les pauvres qui ont un compte bancaire sont plus susceptibles d’avoir des compétences financières que les pauvres qui n’ont pas de compte bancaire, et les adultes riches qui ont recours au crédit ont généralement de meilleures compétences financières que les adultes riches qui n’y ont pas recours. Cela suggère que la relation entre les connaissances financières et les services financiers peut fonctionner dans les deux sens: Alors qu’une plus grande culture financière peut conduire à une plus grande inclusion financière, la gestion d’un compte ou l’utilisation d’un crédit peut également renforcer les compétences financières des consommateurs.

REVENUS ET ÉDUCATION FINANCIÈRE

Si dans les pays les plus riches, en fonction du PIB par habitant, les taux d’éducation financière tendent à être plus élevés, la relation n’est valable que si l’on considère les 50 % d’économies les plus riches. Dans ces économies, environ 38 % de la variation des taux de littératie financière peut être expliquée par les différences de revenus entre les pays. Pour la moitié la plus pauvre des économies, dont le PIB par habitant est inférieur ou égal à 12 000 dollars, rien n’indique que le revenu soit associé à la culture financière. Cela signifie probablement que les politiques nationales, telles que celles liées à l’éducation et à la protection des consommateurs, influencent la culture financière dans ces économies plus que tout autre facteur.

LES QUATRE CONCEPTS DE LA CULTURE FINANCIÈRE

Parmi les quatre thèmes qui définissent la culture financière, l’inflation et la numératie (dans le contexte du calcul des taux d’intérêt ) sont les mieux compris. Au niveau mondial, la moitié de la population adulte comprend ces concepts. La connaissance de la diversification des risques est la plus faible, avec seulement 35 % des adultes ayant répondu correctement à cette question de l’enquête. La diversification des risques est également à l’origine de certaines des disparités les plus importantes entre les pays.

les quatre composantes de la culture financière

LE MANQUE DE CONNAISSANCES FINANCIÈRES DES FEMMES ET DES PAUVRES

Les taux de littératie financière diffèrent de manière importante en fonction de caractéristiques telles que le sexe, le niveau d’éducation, le revenu et l’âge. Au niveau mondial, 35 % des hommes possèdent des connaissances financières, contre 30 % des femmes. Si les femmes sont moins susceptibles de donner des réponses correctes aux questions d’éducation financière, elles sont également plus susceptibles d’indiquer qu’elles « ne savent pas » la réponse, un résultat observé de manière constante dans d’autres études également. Cet écart entre les sexes se retrouve aussi bien dans les économies avancées que dans les économies émergentes (figure 5). Les femmes ont des compétences financières plus faibles que les hommes, même en tenant compte des différences d’âge, de pays, d’éducation et de revenus.

Répartition par sexe de la littératie financière2

L’ACCÈS AUX PRODUITS ET SERVICES FINANCIERS

Les compétences financières sont essentielles pour les personnes qui utilisent des produits de paiement, d’épargne, de crédit et de gestion des risques. Pour beaucoup, avoir un compte dans une banque ou une autre institution financière – ou auprès d’un fournisseur de services d’argent mobile – est une première étape essentielle pour participer au système financier. Pourtant l’accès aux services financiers n’est pas une fin en soi. Il s’agit plutôt d’un moyen de parvenir à une fin. Par exemple, lorsque les gens ont des comptes financiers et utilisent les paiements numériques, ils peuvent subvenir aux besoins de leur famille, épargner pour l’avenir et survivre aux chocs économiques. Les paiements numériques peuvent également réduire la corruption en augmentant la transparence, et ils contribuent à l’autonomisation des femmes en leur donnant un plus grand contrôle sur leurs finances. Mais les personnes qui n’ont pas les connaissances nécessaires pour utiliser efficacement ces services peuvent être confrontées à des désastres financiers, tels qu’un endettement élevé ou une faillite. Il est donc intéressant d’étudier le lien entre les services financiers et la culture financière.

GUICHETS UNIQUES DE COMPTE

Les titulaires de comptes ont tendance à être plus avisés sur le plan financier, mais ils manquent encore de compétences financières. Au niveau mondial, 38 % des adultes titulaires d’un compte possèdent des connaissances financières, contre 57 % dans les grandes économies avancées et 30 % dans les grandes économies émergentes. Les titulaires de comptes qui manquent de connaissances financières risquent de ne pas profiter pleinement de ce que leur offrent leurs comptes. L’épargne en est un exemple. Au niveau mondial, 57 % des adultes épargnent de l’argent, mais seulement 27 % en font autant. faire appel à une banque ou à une autre institution financière officielle pour ce faire. D’autres utilisent des méthodes moins sûres et moins lucratives, telles que les groupes d’épargne informels ou la dissimulation d’argent liquide sous un matelas. Seuls 42 % des titulaires de comptes dans le monde utilisent leur compte pour épargner, et 45 % de ces épargnants adultes ont des connaissances financières. L’amélioration de l’éducation financière pourrait aider ces épargnants à obtenir de meilleures conditions.
Il est difficile de dire si le manque de connaissances financières rend ces personnes moins susceptibles d’utiliser les services financiers. Selon Global Findex, 59 % des adultes « non bancarisés » déclarent ne pas avoir assez d’argent pour utiliser un compte. La plupart des pauvres effectuent des paiements et d’autres transactions financières tous les jours, mais ils le font de manière informelle, souvent plus coûteuse et moins sûre. S’ils connaissaient mieux les comptes et leur utilisation, les adultes non bancarisés pourraient ouvrir un compte. Une autre raison possible pour laquelle les personnes non bancarisées manquent de compétences financières est qu’elles n’ont pas l’habitude d’utiliser des produits financiers.
S’ils utilisent les concepts financiers dans leur vie quotidienne, leur compréhension pourrait s’améliorer avec le temps. Le concept d’intérêt, par exemple, deviendrait plus concret à mesure qu’ils verraient la valeur de leur épargne augmenter. Cependant, l’explication la plus simple du manque de compétences financières des personnes non bancarisées est qu’elles sont issues de ménages plus pauvres et moins éduqués.

Propriétaires de comptes

CRÉDIT

Le crédit est plus répandu dans les pays riches que dans les pays pauvres. Dans les pays émergents, de nombreux emprunteurs dépendent de leur famille et de leurs amis ou de prêteurs informels tels que les prêteurs sur gages et les magasins de crédit. L’accès au crédit formel est souvent réservé aux personnes riches et instruites, qui ont tendance à être plus avisées sur le plan financier. Dans les principales économies avancées, 51 % des adultes utilisent une carte de crédit, contre seulement 11 % des adultes dans les principales économies émergentes. Une proportion plus faible d’adultes emprunte auprès d’une institution financière formelle. Cinquante-trois pour cent des adultes des principales économies émergentes qui utilisent une carte de crédit ou empruntent auprès d’une institution financière possèdent des connaissances financières, ce qui est beaucoup plus élevé que le taux moyen d’éducation financière dans ces économies. Les cartes de crédit gagnent en popularité dans de nombreux pays émergents, mais la connaissance des concepts financiers connexes ne suit pas. De nombreux utilisateurs de crédits à court terme ne comprennent pas bien la vitesse à laquelle les intérêts composés peuvent gonfler les montants totaux dus.

ANNEXE I : CLASSEMENT DE LA LITTÉRATIE FINANCIÈRE (SCORE), par PAYS (ordre alphabétique)

Littératie financière_Liste de pays 01
Liste des pays pour la littératie financière 02
Liste des pays pour la littératie financière 03

ANNEXE II : SCORE DE CULTURE FINANCIÈRE PAR PAYS

Classement mondial de la culture financière 01
Classement mondial de la culture financière 02
Classement mondial de la littératie financière 03

ANNEXE III : CLASSEMENT DE LA CULTURE FINANCIÈRE EN AMÉRIQUE DU NORD

United States Financial Literacy

ANNEXE IV : CLASSEMENT DE LA CULTURE FINANCIÈRE EN AMÉRIQUE LATINE

Latin America Financial Literacy

ANNEXE V : CLASSEMENT DE LA CULTURE FINANCIÈRE EN EUROPE

Europe Finanncial Literacy

ANNEXE VI : CLASSEMENT DE LA CULTURE FINANCIÈRE EN AFRIQUE

Africa Financial Litaracy

ANNEXE VII : CLASSEMENT DE LA CULTURE FINANCIÈRE EN ASIE

Asia Financial Literacy

ANNEXE VII : CLASSEMENT DE LA CULTURE FINANCIÈRE EN ASIE

Oceania Financial Literacy

Financial Wisdom + Discipline = Financial Freedom

 

Receive my Monthly Newsletter. Get full access to my Freebies.

Congratulation! Check Out Your Email InBox.

Sweat Your Assets - Best Quotes - ebook (v2)

Never Miss New Content. Subscribe To My Newsletter.

Get Access to My Latest E-Book with a curated list of Best Quotes on Money, Investing and Entrepreneurship, to boost your Financial Growth. 

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This