Ma répartition personnelle des actifs

Ma répartition personnelle des actifs

Introduction

Dans son livre Skin in the GameNassim Nicholas Taleb a réussi à résumer plusieurs commentaires financiers en une seule phrase : « Ne me dites pas ce que vous pensez, dites-moi ce que vous avez dans votre portefeuille ». Ce commentaire judicieux a fortement inspiré le lancement de cet article – Mon portefeuille d’investissement – dans lequel je me pencherai sur mon allocation globale d’actifs.

Cette approche fournira une série d’exemples concrets tirés de mes dossiers d’investissement. Bien que mes investissements reposent sur des principes universels et intemporels, leur exécution spécifique est basée sur mes besoins personnels, mes objectifs, ma stratégie et mon appétit pour le risque (Avez-vous le goût du risque ? Vidéo du professeur Damodaran). Par conséquent, vous pouvez utiliser ces références et ces points de repère à des fins éducatives, mais pas comme des lignes directrices à « cloner ». Il en va de même pour les autres articles que j’ai publiés sur l’allocation de portefeuille :

Le meilleur portefeuille d’investissement – Le portefeuille de Ben Graham

Le meilleur portefeuille d’investissement – Ray Dalio All Weather Portfolio

– Le meilleur portefeuille d’investissement – David Swensen Portfolio – le modèle de la dotation

Si vous cherchez une feuille de route pour vos finances personnelles et vos décisions d’investissement, elle doit être adaptée à votre situation particulière.

Le patrimoine personnel : les éléments constitutifs d’un portefeuille d’investissement

Le patrimoine personnel est l’élément constitutif d’un portefeuille d’investissement ou, en d’autres termes, un portefeuille d’investissement est un sous-compte du patrimoine personnel. Pour concevoir correctement un portefeuille d’investissement (profil de risque, diversification, liquidité, répartition des actifs), il est nécessaire d’examiner votre valeur nette globale et la liste des actifs qui ne font pas partie de votre portefeuille d’investissement. La logique sous-jacente est qu’en gérant judicieusement le patrimoine personnel, nous pouvons allouer suffisamment de ressources à un portefeuille d’investissement.

Définition du patrimoine personnel

  • Le patrimoine personnel comprend les liquidités ( ), les biens personnels (objets de collection, véhicules, etc.), les actifs fixes (biens immobiliers) et les investissements.
  • Le patrimoine personnel est comptabilisé à sa valeur nette en déduisant tout passif (dette).
  • Les actifs personnels doivent également être comptabilisés de manière prudente, en tenant compte de l’équivalent en argent réel que nous recevrions en les liquidant dans un délai de 1 à 3 mois (votre tableau préféré, votre gadget, votre objet de collection, votre guitare, votre vélo ou votre tapis n’ont peut-être PAS autant de valeur que vous le pensez !)
  • La valeur totale du patrimoine personnel est égale à la valeur nette : la valeur totale des actifs possédés. Pour savoir comment procéder, consultez mon article sur le calcul de ma valeur nette.

Ma répartition personnelle des actifs, selon la répartition du graphique

Commentons la structure de mon Personal Asset Allocation :

A) Biens personnels (meubles, équipements, vêtements, appareils électroniques, véhicules, etc.)

– Il représente 2 % de mes actifs. Pas tant que cela.

– Bien que je possède beaucoup d’objets, la plupart d’entre eux ont une valeur résiduelle limitée (valeur de rebut) et/ou n’ont guère de marché de l’occasion (difficile à revendre).

– La valeur des biens personnels a été estimée de manière prudente, en tenant compte de leur dépréciation ; j’ai utilisé la même approche que celle appliquée par les banques pour évaluer la valeur des garanties.

– Mon approche consiste à être légèrement minimaliste et à essayer de tout s’offrir, mais pas n’importe quoi. J’ai des objets de qualité « stratégiques » que j’aime et d’autres plus pratiques. Je prends soin de mes affaires et, dans une large mesure, ce sont des affaires de qualité. Pourtant, je sais que sa valeur économique diminue.

– Je n’aime pas les objets de collection. J’essaie de rester à l’écart de ce trou de lapin, tant du point de vue de l’investissement que du mode de vie. Les objets de collection ne sont pas des placements financiers appropriés (au-delà des rendements). Je pense que les objets de collection ont un côté psychologique sombre (un mélange de nostalgie dangereuse et de consumérisme). Néanmoins, nous avons tous besoin de passe-temps et de terrains de jeu, à chacun le sien 🙂

B) Actifs liquides (fonds d’urgence, compte courant, épargne à moyen terme)

il représente 14 % de mes avoirs, ce qui est relativement élevé pour moi. Bien que j’aie tendance à faire fructifier mes actifs autant que possible en donnant un emploi à chaque dollar, j’ai choisi de conserver un montant plus élevé de liquidités non investies pour les raisons suivantes :

Ma règle d’or en matière de liquidités est la suivante :

– garder suffisamment de liquidités sur le compte courant pour mes transactions mensuelles (principalement par carte de débit).

– conserver suffisamment de liquidités pour couvrir six mois de dépenses courantes en cas de difficultés commerciales, de problèmes de trésorerie ou de liquidités, etc.

Une bonne référence sur la manière de répartir les liquidités, l’épargne et les investissements est l' »approche du seau ».approche du seau (vidéo)« rendue célèbre par Harold Evensky, qui propose un seau pour les dépenses courantes, un pour les urgences, un pour les investissements à court terme (10 ans) et un pour les investissements à long terme (retraite).

C) Investissements immobiliers

Il représente environ 35 % de mes actifs totaux. Le R.E. est un élément essentiel de ma stratégie de diversification des investissements. Il est composé de

C1) les actifs fixes (unités d’appartements), et

C2) investissements immobiliers sous forme de FPI, de prêts au développement (P2P) ou d’actions (crowdfunding). Ces investissements supplémentaires relèvent d’autres catégories d’investissement (marchés des capitaux, prêts P2P et investissements de masse). À l’exception des FPI, les autres produits de R.E. sont très peu liquides. Il s’agit donc d’un élément à prendre en considération et à garder à l’esprit.

L’investissement dans l’immobilier est un sujet brûlant, en particulier depuis 15 ans, en raison de la bulle immobilière spectaculaire de 2007/2008 aux États-Unis, dont la crise financière des subprimes s’est propagée comme une traînée de poudre dans le monde entier.

L’inclusion de votre « maison » dans votre portefeuille d’actifs fait l’objet d’un débat animé. Techniquement, il fait partie de votre réseau et de votre actif total. Cependant, il est plausible de ne pas l’inclure dans votre patrimoine d’investissement car il ne s’agit pas d’un actif productif. Il s’agit d’un achat de style de vie, d’une décision financière prudente et solide de posséder sa maison (vous ne payez pas de loyer).

Toutefois, il ne s’agit pas en soi d’un investissement. Par exemple, si votre maison représente 90 % de vos actifs, vous avez bloqué toutes vos ressources financières dans votre mode de vie. Il n’y a pas de jugement ici. S’il procure de la joie, de la sécurité et de la satisfaction, c’est formidable (pyramide des besoins de Maslow). Dans une certaine mesure, il s’agit d’un moyen d' »économiser de l’argent » et de stocker des richesses. Cependant, votre maison n’est pas un investissement.

Vous l’avez peut-être surpayé parce qu’il vous plaisait. Vous l’avez peut-être surpayé parce qu’il y avait peu d’options, ou parce qu’il s’agissait d’une bulle de R.E.. Il s’agit d’un actif extrêmement illiquide. Il s’agit d’une allocation très concentrée des ressources (pas de diversification). Le fait qu’il puisse s’apprécier au fil du temps peut être une hypothèse raisonnable (à tester vigoureusement).

Cependant, je suis d’accord pour dire que si votre maison représente la majeure partie de votre valeur nette, cela induit en erreur vos véritables perspectives financières et votre analyse de l’indépendance financière. Il pourrait donc être judicieux de la retirer de votre portefeuille d’investissement.

D) Investissements financiers purs

– Les placements financiers représentent près de 50 % de mon patrimoine total.

– Ils comprennent les investissements classiques sur le marché des capitaux (actions, obligations, FPI, ETF) et d’autres investissements alternatifs tels que les prêts P2P et les prêts participatifs (equity crowdlending). Une partie de ces investissements fait appel à des plateformes d’investissement à impact qui se concentrent également sur des résultats financiers, sociaux et environnementaux positifs.

La plateforme d’investissement que j’utilise – Les outils

La Fintech a démocratisé et amélioré l’accès aux services financiers et d’investissement dans le monde entier. En fonction de votre lieu de résidence, vous pouvez accéder à différents services d’investissement qui correspondent à votre profil et à votre stratégie d’investissement. Bien que j’investisse dans l’immobilier, les prêts P2P et les plateformes de Crowd Investing, la majeure partie de mon portefeuille est investie en les marchés des capitaux. Je pense qu’il s’agit de l’instrument le plus important et le plus efficace pour permettre aux investisseurs individuels de se constituer un patrimoine à long terme.

Regardez les plateformes d’investissement que j’utilise ici.

Notes finales sur mon allocation personnelle d’actifs

  • Dans la mesure du possible, j’achète des « choses » qui ont une valeur (pratique ou émotionnelle) et/ou dont la dépréciation est limitée.
  • Je sélectionne intentionnellement des investissements utilisant différents véhicules financiers et classes d’actifs (la diversification est essentielle).
  • Je m’assure toujours d’avoir un pourcentage de produits d’investissement à impact dans mon portefeuille.
  • Je suis satisfait de mon allocation stratégique d’actifs à ce stade : elle s’aligne sur ma stratégie globale et sur les tactiques les plus efficaces. Cette répartition des actifs et l’utilisation de différents instruments d’investissement sont restées stables au cours des quatre dernières années (2019-2022).
  • Je n’ai pris que des décisions tactiques mineures basées sur les opportunités du marché. Chaque fois que j’ai la possibilité d’investir davantage d’économies, j’achète des produits spécifiques pour réaligner le portefeuille, en achetant finalement plus de produits qui sont temporairement en dessous de leur valeur intrinsèque/sous-évalués. Parfois, je réaffecte également les fonds en fonction du pourcentage d’actifs liquides avec lequel je me sens à l’aise (l’immobilier, le P2P et le crowdfunding ne sont pas des investissements liquides).
  • Dans les prochains articles, j’énumérerai les produits financiers exacts de mon portefeuille (ETFs, REITS, P2P, etc.)

Avez-vous apprécié cet article (#124) sur mon allocation personnelle d’actifs ? Ne manquez pas les prochains. S’abonner gratuitement à ma lettre d’information mensuelle ici.

Financial Wisdom + Discipline = Financial Freedom

 

Receive my Monthly Newsletter. Get full access to my Freebies.

Congratulation! Check Out Your Email InBox.

Sweat Your Assets - Best Quotes - ebook (v2)

Never Miss New Content. Subscribe To My Newsletter.

Get Access to My Latest E-Book with a curated list of Best Quotes on Money, Investing and Entrepreneurship, to boost your Financial Growth. 

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This